Carotte sauvage

carotte sauvage

Comment l’identifier ?
La carotte sauvage est une plante qui peut atteindre 30 cm de haut. Elle se présente sous la forme d’une tige et de feuilles vertes couvertes de poils. Sa racine est épaisse et de couleur blanche à violacée. Au moment de la floraison elle arbore une ombelle constituée d’une multitude de fleurs blanches. Un détail permet de distinguer la carotte sauvage : la fleur centrale de l’ombelle est de couleur rouge et plus grosse que les autres fleurs.

Où et quand l’observer ?
C’est au bord des chemins qu’on croisera le plus souvent la carotte sauvage.

Mieux la connaître.
Les fleurs de la carotte sauvage n’apparaissent qu’une année sur deux (plante bisannuelle). La racine est comestible uniquement les années sans fleurs, l’année suivante la racine est ligneuse et immangeable. Attention à ne pas la confondre avec la cigüe qui en plus d’être dépourvue de poils, possède une odeur forte et désagréable .

Lieu : Chessy, bords de Marne
Date : 16 juillet 2015

Photo : Danielle Bouyahia

Listère à feuilles ovales

listère à feuilles ovales

Comment l’identifier ?
La listère à feuilles ovales est une orchidée sauvage qui se présente sous la forme d’une longue tige verte pouvant mesurer jusqu’à 60 cm de haut. Sur cette tige, on trouve deux grandes feuilles ovales qui donnent son nom à la plante. L’inflorescence est plutôt discrète avec un épi de petites fleurs verdâtres  (sur la photo, la listère à feuilles ovales est en début de floraison).

Où et quand l’observer ?
C’est entre mai et juillet qu’on peut observer la listère à feuilles ovales, plutôt dans les endroits ombragés : sous-bois, broussailles…

Mieux la connaître.
Bien qu’elle soit une orchidée très répandue en France, la listère à feuilles ovales passe souvent inaperçue dans la végétation en raison de sa couleur et de son allure frêle.

Lieu : Chessy, bords de Marne
Date : juin 2015

Photo : Danielle Bouyahia

Caloptéryx éclatant

caloptéryx éclatant

Comment l’identifier ?
Un nom un peu barbare pour cette très jolie libellule qui offre l’avantage d’être facilement identifiable. 1er élément : une couleur métallique qui ne se retrouve pas chez les autres libellules, bleu métallique pour le mâle, vert métallique pour la femelle. 2è élément : des ailes très arrondies avec une large zone colorée de couleur bleue sur les ailes  pour le mâle.

Où et quand l’observer ?
Vous croiserez le caloptéryx éclatant près des rivières calmes et des plans d’eau, de mai à septembre.

Mieux le connaître.
Le calopétryx éclatant se nourrit d’insectes qu’il attrape en plein vol. Attention à ne pas le confondre avec le caloptéryx vierge qui a les ailes entièrement colorées.

Lieu : Coupvray
Date : 5 juillet  2015

Photo : Gérard Barbier

Le bassin 26b à Coupvray, paradis des libellules

Bassin 26b à Coupvray

Un nouveau bassin à Coupvray
Ce bassin, construit en 2014 et géré par le SAN du Val d’Europe, se situe à Coupvray, entre la rue de Lesches et le canal de Meaux à Chalifert. Sa capacité de stockage peut aller jusqu’à 15 000 m³ pour faire face aux crues décennales.

Côtés libellules
Libellules

Depuis plusieurs semaines le bassin accueille un nombre important de libellules et demoiselles : la libellule déprimée (lien vers l’article), l’orthétrum réticulé (lien vers l’article), ou encore l’agrion jouvencelle (lien vers l’article).

Grenouilles et oiseaux étant également de la fête c’est une jolie idée de balade pour les belles journées d’été.
grenouilles

Lieu : Coupvray, bassin 26b (le long de la rue de Lesches)
Date :  juin  2015
Photos biodiversité : Gérard Barbier
Photo bassin : Yann Piriou/SAN du Val d’Europe

Libellule déprimée

libellule déprimée

Comment l’identifier ?
Cette libellule mesure entre 4 et 5 cm, et se reconnaît à son abdomen large et aplati (qui lui vaut son nom). Le mâle arbore une couleur bleu clair tandis que la femelle présente une double teinte brune et jaune. Les yeux sont gris (sauf chez les jeunes où ils sont verts).

Où et quand l’observer ?
La libellule déprimée est visible sur plusieurs plans d’eau du Val d’Europe, entre avril et septembre.

Mieux la connaître.
Les mâles sont souvent les plus visibles. Agressifs, ils défendent leur territoire, perchés au sommet de la végétation présente sur les plans d’eau.

Lieu : Coupvray, bassin 26b (le long de la rue de Lesches)
Date : 6 juin  2015
Photo : Gérard Barbier

Belle-dame

Belle-dame

Comment l’identifier ?
La Belle-dame ou vanesse du chardon, est un papillon assez grand qui mesure un peu moins de 3 cm. Le orange est la couleur dominante du dessus de ses ailes, avec des zones sombres et des taches blanches. L’aspect extérieur de ses ailes est plus clair, ponctué de cinq points noirs.

Où et quand l’observer ?
Ses plantes-hôtes sont bien sûr le chardon, mais aussi la grande ortie, le cirse… La Belle-dame est présente sur le Val d’Europe d’avril à octobre.

Mieux la connaître.
La vanesse du chardon est une espèce migratrice qui peut couvrir jusqu’à 500 km par jour ! C’est le papillon de jour le plus répandu dans le monde.

Lieu : Coupvray
Date : 18 mai 2015
Photo : Jean le Gloahec

Sialis de la vase

sialis de la vase

Comment l’identifier ?
Le sialis de la vase est un insecte qui mesure environ 2 cm, sans compter ses longues antennes noires. Son corps est noir, et ses ailes (qui recouvrent son corps au repos) sont « fumées » avec des nervures noires très marquées.

Où et quand l’observer ?
Le sialis de la vase s’observe près des plans d’eau stagnante, posé sur la végétation. Il est visible d’avril à août.

Mieux le connaître
Le sialis volant très mal (en raison de la forme de ses ailes) il quitte peu la végétation. Sa larve se cache le plus souvent dans la végétation en décomposition ou dans la vase, d’où son nom. Sur la photo on peut observer le sialis et sa ponte.

Lieu : Bassin 22, Parc du Bicheret à Chessy
Date : 9 avril 2014
Photo : Nicolas Baudet

Bergeronnette des ruisseaux

bergeronnette des ruisseaux

Comment l’identifier ?
Dos gris, gorge blanche et ventre jaune, c’est la bergeronnette des ruisseaux. Le mâle de cette élégante espèce d’oiseau présente une bavette noire pendant la période de reproduction (ce qui facilite son identification et évite le risque de confusion avec la bergeronnette printanière). Mesurant une vingtaine de centimètres, c’est également la seule espèce de bergeronnette a avoir les pattes rosées et non noires.

Où et quand l’observer ?
Comme son nom le laisse supposer, la bergeronnette des ruisseaux fréquente les points d’eau, surtout en période de reproduction. Elle est visible de mars à septembre, date à laquelle elle commence sa migration.

Mieux la connaître.
La bergeronnette des ruisseaux fait le plus souvent deux portées par an. Elle fait son nid à proximité des ruisseaux, dans des éléments bâtis : ponts, vieux murs en pierre…

Lieu : bassin d’eau pluviale 26b à  Coupvray (en bordure du canal de Meaux à Chalifert)
Date : 11 mai 2015
Photo : Jean le Gloahec

Epeire des roseaux

épeire des roseaux

Comment l’identifier ?
L’épeire des roseaux est une araignée présentant un abdomen ovale et renflé dont la couleur peut varier (blanc, beige…) et qui comporte des taches brunes.
Le céphalothorax (tête + thorax) est velu et ses pattes sont ornées de bandes noires. La femelle est un peu plus grosse que le mâle (13 mm de long contre 8 mm).

Où et quand l’observer ?
L’épeire des roseaux, comme l’indique son nom, fréquente les lieux humides et peut donc s’observer près des plans d’eau. Les photos ci-dessus ont d’ailleurs été réalisées sur les bords du bassin 22, dans le parc du Bicheret à Chessy. On peut observer cette araignée du printemps  à l’automne.

Mieux la connaître
Cousine de l’épeire diadème (article à retrouver ici), l’épeire des roseaux vit plus d’une année, s’abritant durant l’hiver dans les tiges des plantes.

Lieu : Parc du Bicheret à Chessy
Date : 29 mars 2014
Photo : Nicolas Baudet

Dolerus triplicatus

On découvre aujourd’hui sur le blog un insecte peu connu qui fait appel à de bonnes connaissances naturalistes…

Comment l’identifier ?
Le Dolerus triplicatus est un insecte (hyménoptère) de petite taille présentant une tête noire, deux antennes noires assez longues et des ailes transparentes – un peu découpées en vitrail – qui recouvrent un corps de couleur rouge ou orangé.

Où et quand l’observer ?
Observation avérée sur la rive nord du bassin 22 dans le parc du Bicheret à Chessy, sur les joncs (joncs épars en l’occurrence). Les adultes sont visibles de mars à avril et les larves jusqu’en juin.

larve de dolerus triplicatus

Mieux le connaître.
Le Dolerus triplicatus pond chaque année au mois d’avril. Attention, sa larve ressemble à une chenille mais il s’agit bien d’une larve d’insecte et non pas de papillon.

Lieu : bassin 22 à Chessy dans le parc du Bicheret
Date : juin 2012 et mars 2013
Photos : Nicolas Baudet